content="text/html; charset=iso-8859-1" /> Tfoot - http://tfoot.zeblog.com/ /* Style généraux */ BODY { background:#E3E3E3; MARGIN : 0PX; PADDING : 0PX; } BODY,TD,DIV,LI { FONT-SIZE : 11px; FONT-FAMILY : VERDANA; LINE-HEIGHT : 150%; COLOR : #000; } #ombre { /* Ombre autour du design*/ background:#FFF; background-image:url(http://zeblog.com/blog/images/templates/clean-gray/fond.png); background-repeat:repeat-y; width:800px; margin:auto; } #droite { /* Contenu (droite) */ BORDER-LEFT : 1PX #CCC DOTTED; height:100%; BACKGROUND : #FAFAFA; WIDTH : 560PX; padding:15px 10px 0px 10px; } A:LINK, A:VISITED, A:ACTIVE { COLOR: #195EA3; TEXT-DECORATION: NONE; } A:HOVER { COLOR: #E38800; TEXT-DECORATION: NONE; } /* Banniere HAUT (titre) */ #TOP { BACKGROUND : #606060; padding-top:20px; padding-bottom:20px; border-bottom:3px solid #7F7F7F; } h1 { /* Titre */ PADDING-left:15px; FONT : BOLD 14PT GEORGIA; margin:0px; COLOR: #FFF; } h1 a:visited, h1 a:link, h1 a:hover { COLOR: #FFF; } a:link.url, a:visited.url, a:hover.url { /* URL */ PADDING : 0PX 15PX 20PX; LETTER-SPACING : 5PX; FONT-SIZE : 10PT; COLOR : #FFF; text-decoration:none; } /* Banniere bas (copyright) */ #pied { BORDER-TOP : 1PX #CCC DOTTED; BACKGROUND : #FAFAFA; padding-top:4px; padding-bottom:4px; text-align:center; } /* MENU */ #gauche { WIDTH : 182PX; padding-bottom : 30PX; padding-left:10px; } h3 { /* Titre rubrique */ MARGIN-TOP : 20PX; WIDTH : 180PX; MARGIN-BOTTOM : 10PX; font-family:Trebuchet MS; color:#777777; font-size:15px; letter-spacing:1px; } .menugauche { list-style: none; padding: 0; margin-top: 0px; margin-left: 10px; margin-bottom:11px; } .menugauche li { /* lien rubrique */ margin: 0; padding: 0; padding-bottom:3px; } p.avatar { /* Paragraphe de l'avatar */ margin: 0 0 10px 0; padding-right:5px; } /* CALENDRIER */ table.calendrier {border: 0; background-color: #fff;} table.calendrier td, th {text-align: center; border: 0} table.calendrier th {height: 10px; font-size: 7pt;} table.calendrier td {width: 19px; height: 10px; font-size: 8pt;} table.calendrier .calendrier-mois {font-weight: bold; margin-top: 3px; font-size: 8pt; text-align: center} table.calendrier .calendrier-mois a{text-decoration: none} table.calendrier .calendrier-prec, table.calendrier .calendrier-suiv {font-weight: normal;} table.calendrier th {text-align: center;} table.calendrier td.lien-jour {font-weight: bold; background-color: #FCFCFC;} table.calendrier td.lien-jour-selectionne {font-weight: bold; background-color: #F9F9F9;} table.calendrier td.lien-jour a {text-decoration: none;} /* BILLETS */ h2 { /* Titre billet */ PADDING : 1PX 8PX 2PX 0px; margin:0px; font-family:Trebuchet MS; font-weight:bold; FONT-SIZE : 15px; COLOR : #808599; text-decoration:none; } h2 a:visited, h2 a:link, h2 a:hover { COLOR : #808599; } div.billet { /* Contenu billet */ text-align:justify; margin-right:8px; } div.billet-header { /* Header billet (auteur, date, catégorie) */ margin-top:0px; margin-bottom:3px; font-size:10px; color:#808080; } div.billet-pied { /* Pied billet (commentaires, trackbacks) */ margin-top:6px; margin-bottom:10px; margin-right:8px; color:#808080; text-align:right; font-size:11px; } /* PAGES */ #archives { text-align:justify; } /* TRACKBACKS ET COMMENTAIRES */ h4 { /* Titre TrackBack */ margin:0px; font-size:13px; } #trackbacks { margin-top:5px; margin-bottom:10px; } #commentaires { margin-top:5px; margin-bottom:10px; } div.commentaire-header { /* Header billet (auteur, date, catégorie) */ margin-bottom:5px; font-size:11px; } div.commentaire { /* Contenu billet */ margin-left:5px; text-align:justify; margin-bottom:15px; border:1px dotted #D9D9D9; background:#FDFDFD; padding-left:5px; padding:9px; padding-top:15px; padding-bottom:15px; } /* FORMULAIRES */ input.button { background : #ffffff url(http://www.zeblog.com/design/degrade_1.png) repeat-x 0 100%; border:1px dotted #D9D9D9; padding: 2px; font-size: 11px;; font-weight: bold; font-family: verdana; } input.button:hover, input.button:focus{ background : #ffffff url(http://www.zeblog.com/design/degrade_2.png) repeat-x 0 100%; } input, textarea, select { font-family: verdana; font-size:11px; border:1px dotted #D9D9D9; background:#FDFDFD; letter-spacing:1px; padding:2px; } textarea { width:350px }

Tfoot

Calendrier

« Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Tchooo & Felix

Tfoot se veut une alternative aux médias traditionnels et à ses journalistes dits « spécialisés ». Vous ne trouverez pas ici de polémiques à deux balles faites pour vendre du papier, analysons le football et ce qui l’entoure en profondeur plutôt que de s’engueuler comme du poisson pourri. Ce site milite pour le départ de Raymond Domenech, la retraite des dirigeants de la Fifa et de l’Uefa, l’arrêt immédiat et définitif de la carrière de Florent Malouda, la vidéo ainsi que la parution d’un bouquin nommé « Parler comme Pape Diouf en 10 leçons ». Bonne lecture

Blog

Classement de Ligue 1 offert par LiveScore.free.fr

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Google

Tfoot's du pire Président

Par Tchooo & Felix :: 24/05/2008 à 10:28 :: Tfoots
En voilà un trophée très dur à décerner, non pas car la France ne compte pas de mauvais présidents, loin de là, mais au contraire car deux d’entre eux se sont tirés la bourre et ont élevé le niveau comme rarement, je veux bien entendu parler d’Alain Cayzac et de Gervais Martel, tous deux vainqueurs.

Alain Cayzac, Quèsaco ?

Ce n’est pas la première fois que je parle du publicitaire sur ce blog, et pour cause, depuis son arrivée au pouvoir le désormais ex président parisien a enchainé les mauvaises décisions, et ce toutes circonstances. Passons le limogeage retardé de moustache l’année dernière pour nous concentrer sur cette saison, où lors du mercato, Cayzac (ainsi que l’ensemble des médias) se voulait plus que confiant pour la saison à venir, expliquant une attitude aussi attentiste et l’absence criante de renforts crédibles pour le club parisien, on dira ce qu’on veut mais Bourillon, Céara, Digard comme seuls renforts d’une équipe qui a frôlé la relégation, ça relève quand même du comique autant que de la radinerie.
Alors oui Cayzac n’a pas été aidé par Colony Capital, les fonds étaient si limités que l’équipe a pour le coup, touché le fond, aggravant d’autant plus les pertes du club dont il va falloir s’inquiéter un jour.
C’est finalement plus l’attitude couille molle de Cayzac que je stigmatise, ce fait en tant que dirigeant historique du club, et donc protégé un peu plus que ses prédécesseurs, de vouloir à tout prix calmer une situation qui en toute état de cause n’avait pas besoin de calme, mais de changement lourd. Cayzac a donc préféré jouer le rôle d’homme de paille du fond de pension, allant au charbon déclarer sa grande confiance semaines après semaines, défaites après défaites, une grande inutilité donc, pour quelqu’un qui je n’en doute pas aime ce club, mais n’a pas su prendre ses responsabilité à temps, heureusement que le PSG a trouvé plus nul que lui cette saison…

Gervais Martel, le petit Gervais qui ne portait pas ses fruits

Comme pour Cayzac, l’engagement et l’amour de l’homme pour son club n’est pas à blâmer, au contraire, le travail de Martel depuis des années au racing club de Lens est plus qu’admirable, la grandeur et popularité de ce club par rapport à la ville qu’est Lens est tout bonnement bluffant.
Mais les Tfoot’s récompensent le travail d’une saison, n’en oublient pas certes de saluer les performances passées (contrairement à certains), mais ne peuvent que souligner le mauvais travail de Martel cette année.
La première erreur fut sans doute la nomination de sa majesté bétabloquant au poste d’entraineur, un piège dans lequel il était sûr qu’un président allait finir par tomber un jour ou l’autre, manque de bol c’est tombé sur Gervais ! Trop bon trop con, Martel a laissé quasiment les pleins pouvoir à Guy Roux, qui s’est empressé de recruter ses joueurs, et au passage de renflouer un peu les caisses de l’AJA. Kalou, Akalé, Pieroni ont donc débarqué à Bollaert, pour rapidement déchanter puisqu’après 5 journées Guy Roux s’en allait, laissant sa place à monsieur JPP.
Le choix de Papin peut sembler assez compréhensible, l’homme vient après tout de la région et venait d’une expérience globalement réussie (malgré quelques mystères) à Strasbourg. Patatra, pas de bol encore ça n’a pas fonctionné, trop bon trop con, Martel a encore fois eu une confiance aveugle en Papin, et ainsi donné Akalé à Marseille (qui prouvera qu’il aurait pu être utile à bien des équipes de Ligue 1), viré Kalou (là ça se comprend) ainsi que Pieroni (zut alors, il manquait des attaquants capable de planter des buts en fin de saison). Des mauvais choix, qui ne valent rien à côté de la trouvaille Daniel Leclerq, le druide comme on l’appelle, venu remplacer Papin ou ah non zut là ça devient compliqué, en fait il est venu à Lens pour entrainer, mais avec Papin qu’est l’entraineur, c’est pas l’adjoint, mais Papin l’est pas non plus, bref encore quelques mois après j’ai toujours rien compris à cette histoire comme vous avez pu le remarquer.
Un duo d’entraineurs pour le peu comique donc, qui n’est sans rappeler la fabuleuse doublette nantaise de la fin de saison dernière, Der Zakarian – Japhett N’doram, duo qui n’avait lui non plus pas su sauver Nantes d’ailleurs, un hasard fou n’est ce pas ?

Car c’est bien là que l’on touche le problème, l’amour du club n’y fait rien que ce soit dans le cas de Cayzac ou de Martel les deux présidents ont systématiquement joué la carte de l’émotion, du sensationnel. Il y avait moyen de faire pleurer dans les chaumières et d’en faire un film (me parlez plus des ch’tis par pitié…), mais sportivement les choix restent douteux. Le foot à beau devenir un business, il ne faut pas en oublier qu’il reste un sport, et la communication, aussi belle et symbolique soit elle, ne se substitue pas encore aux choix sportifs.

Equipe t'y peux rien de Ligue 1

Par Tchooo & Felix :: 23/05/2008 à 16:33 :: Tfoots
Après mure réflexion depuis quelques semaines maintenant, j’ai fini par enfin accoucher cette équipe pauvre type. Une équipe à forte dominante parisienne, ce qui constitue une demi surprise, étant donné l’omniprésence du club de la capitale à ce niveau de la compétition chaque saisons.



--------------------Landreau-------------------

Céara-------J. Faty------C. Anderson-----Belhadj

-----------Sablé----------Bourillon----------------

Ziani------------------------------------------Souza

-------------Gignac------Kluivert---------------


Landreau : Sans aucun doute le plus mauvais gardien de la saison, et c’est un choix à contre cœur. Je le trouvais plutôt bon l’année dernière à vrai dire, même en début de saison, les archives du blog montreront que je lui donnais plutôt ma confiance. Simplement, depuis cette fameuse boulette contre l’Ecosse, patatra, il ne cesse d’inquiéter au point que se place incontestée jusqu’ici de numéro 2 soit maintenant plus que remise en question, notamment par l’émergence d’un certain Steve Mandanda. Peu inspiré comme il l’a toujours été sur ses sorties aériennes, Micka aura sorti en l’espace de 6 mois tout l’attirail de la passoire moderne, la sortie feintée (je sors, je sors pas je sors je sors pas au je sors, NON je reste dans mon but…But), la détente verticale inexistante (je l’ai !! merde il est grand lui…But), la prise de balle douteuse, la relance étonnante, ou le csc traditionnel (ce qui ici touche plutôt la défense du PSG en général). Bref Landreau aura été loin de rassurer les abonnés du Parc, et ce n’est certainement pas grâce à lui que le club s’est sauvé. On espère le voir rebondir l’année prochaine, car en dehors de ses boulettes, Micka semble être plutôt un bon gars.

Belhadj : L’une des énigmes de notre championnat depuis 2ans selon moi. Je me souviens l’avoir particulièrement repéré fin 2006, c’était à Nungesser, il faisait froid très froid, d’où une irritation somme toute naturelle de ma part. Muni de mon traditionnel « Américain », sandwich au frites que nul ne savait apprécié à l’époque et que tout le monde réclame aujourd’hui depuis le succès des ch’tis, j’arrivais au dernier moment dans le champêtre stade du VAFC, une de mes équipes préférées de par mes origines. Un stade où malgré un certain nombre de visite, je ne crois n’avoir jamais pu m’asseoir à la place qui m’était alloué à l’origine, énervant ça aussi, surtout avec une montagne de frittes dans les mains. Ce jour là, je me souviens m’être particulièrement énervé sur Nadir, déjà remarqué quelques matchs avant, j’étais on ne peut plus exaspéré par les facéties de notre ami, des feintes dans le vide à n’en plus finir, des contrôles « FIFA STREET » alors qu’il n’y a personne face à lui, bref le Quaresma du pauvre, lorsque l’on sait que Quaresma est le pauvre de Ronaldo, on comprend que le problème devient aigu (si on est toujours le con de quelqu’un d’autre, on est d’ailleurs certainement toujours le pauvre d’un autre aussi). A bout de nerf, même si c’est un peu disproportionné, telle était ma fierté après une mi-temps à ne faire que répéter « quel mariole, ça sert à rien, et il se replace pas en plus, il est nul ! » d’avoir réussi à monter la tribune entière contre Belhadj, qui ressevait nombres de sifflets lors de chacune de ses prises de balles, et était conspué y compris par des supporters des sangliers lors d’une simulation flagrante, c’est dire… (le hooliganisme, c'est moche je sais).
Bref, suite à cette histoire, Nadir a parcouru son bonhomme de chemin, été élu meilleur latéral gauche du championnat (dans une équipe où Richert était le meilleur gardien, ça sent la sérénité), et s’en est allé à l’olympique lyonnais pour banquer quelques mois (et se faire péter les reins par Valbuena) derrière l’incroyable Fabio Grosso, référence mondiale à ce poste, comme Jean Michel Aulas le dit, c’est donc certainement vrai…
S’en suit une escapade de 6 mois à Lens, où Belhadj se distingue par quelques bonnes premières prestations côté gauche, où on le voit présent oui, mais offensivement. Car voilà le problème majeur de ce joueur, c’est un batard. Loin de moi l’idée d’évoquer la situation de ses parents, mais Belhadj appartient au style de joueurs qu’on ne sait pas où placer, car ou il a des qualités mais elles ne peuvent pas s’exprimer en dehors d’un match de rue ou d’un entrainement. Trop mal placé et limité physiquement pour être défenseur gauche, pas assez bon offensivement pour être milieu gauche, Nadir n’a malheureusement pas vraiment de qualités majeurs lui permettant d’être au dessus du lot, et de confirmer ce que les médias pensent de lui, les stats sont implacables, deux saisons en ligue 1, deux relégations dans des défenses calamiteuses, ça commence à plus devenir un hasard…

Céara : Ayant trainé en longueur sur Belhadj on va faire court, il est l’archétype du défenseur brésilien de talent dans son pays qui se ramasse la gueule une fois arrivé dans un grand club français. Placement douteux, glissades sur le ballon (Joga Bonigo), Céara est loin d’être l’assurance tout risque, et ce n’est pas sa coupe de cheveux qui rattrapera ses prestations...

Jacques Faty : Arrivé à Marseille fort de plusieurs saison convenable à Rennes, Faty s’annonçait comme une recrue acceptable côté marseillais, du moins pour faire tourner l’effectif. Ce fut tout autre chose, même si toutes ses prestations ne sont pas à jeter, il a eu tendance, au contraire de ces partenaires, à devenir de moins en moins bon au fil de la saison, s’approchant du vide intersidérale face aux terrifiants attaquants de Carquefou notamment. Gerets qui ne rigole pas comme Emon l’a vite compris, les rares fois ou Faty a été titularisé en seconde partie de saison, il a été rapidement remplacé pour permettre aux olympiens de garder un certain équilibre. Je veux bien admettre qu’un défenseur n’ait pas une grande relance (même si dans son cas ça devient grave), mais si physiquement il n’y a pas un plus, j’entends par là une bonne pointe de vitesse, une force dans le duel, et un jeu de tête convenable, ça commence à devenir problématique, voire …Fatyguant (ahaha).

Clébar Anderson : Qu’on soit d’accord, je ne vais pas casser ce joueur de gaieté de cœur, j’ai été extrêmement touché par son histoire, son enfant ayant de gros problèmes de santé, je comprends qu’il ne soit pas facile de pratiquer le football, sa présence dans cette équipe ne se base que sur ses performances, qui s’excuse totalement. Maintenant au rayon des méchanceté, je ne savais pas qu’on pouvait encore avoir un appareil à cet âge là, mais surtout être coupable d’erreurs défensives aussi terribles, qui ont longtemps obligées l’excellent Squillacci à faire le boulot de deux défenseurs centraux.

Bourillon : Difficile de noter un fantôme (d’où l’émergence à ses côtés de…Chantôme, pas drôle, je sais), mais bon on va essayer quand même. Je veux bien croire que récupérateur soit considéré comme un métier de l’ombre, que tout le monde ne remarque pas. Maintenant bon j’ai acquis une petite expérience (comme beaucoup) qui me permet d’apprécier le travail d’un bon récupérateur, comme on peut le voir avec Toulalan, Diarra, Modestinho M’bami pour ne citer qu’eux. Je pense donc que Bourillon prend son poste trop à cœur et fait tout pour être un travailleur de l’ombre, si bien que si l’on s’attache à l’expression, il est certainement le meilleur récupérateur du monde. Car c’est simple, même en ayant vu un certain nombre de matchs cette saison, j’ai toujours du mal à me souvenir de sa gueule, pire, j’ai bien souvent constaté qu’il jouait lorsque le commentateur annonçait sa possible sortie, ce qu’est en général pas top. Dernier point négatif, je n’ai jamais pu placer la vanne que j’avais préparé en début de saison et dire qu’il était Brouillon (ahaha), car je n’ai jamais pu apprécier réellement son jeu, si ce n’est sur un but contre son camp face à lorient, dommage…

Sablé : Le joueur au nom de gâteau s’est retrouvé en miettes en passant de Saint Etienne à Lens et confirme son statut de mauvaise affaire du mercato. Comme chaque saison, l’OM était intéressé par l’ancien capitaine stéphanois, avant de se rétracter pour choisir Cheyrou, l’un des meilleurs choix de son mercato au passage. Le problème de Sablé, c’est qu’il a été surmédiatisé sans aucune raison valable, uniquement grâce à l’aura du brassard des verts, soit un bout de tissu, qui aussi symbolique soit il, ne rend pas miraculeusement bon. Il est bien gentil juju, mais à un moment donné l’accent marseillais ça suffit pas, faut aussi récupérer des ballons et les distribuer, chose qu’il n’a pas su faire dans le nord, où il a été rapidement expédié sur le banc.

Ziani : Le bon gros flop des famille, d’ailleurs gros s’emploie tout à fait justement avec ce cher Karim (lui n’a pas le droit au « Kahim » de sonny anderson), au vu du bide qu’il a pu prendre tout au long de l’année. Il est vrai que Ziani a peu joué sur la fin de saison, ce qui peut expliquer une prise de poids soudaine (genre), mais pourquoi n’a –t-il pas joué ? Le syndrome du pétage au dessus de son cul a malheureusement encore frappé. Arrivé à coup de millions pour remplacer l’immense Franck Ribéry, Ziani aura rapidement montré qu’il était loin d’être l’homme de la situation, pire il a en début de saison, dans le bordel général que constituait l’équipe, voulu trop en faire et montrer qu’il était la star, limite en allant chercher le ballon dans les pieds de Nasri, si ça c’est pas comique… Si on ajoute à cela un début de bagarre ou des sorties en boite cigarette à la main les soirs de défaites, on obtient la belle affaire de ce mercato, encore une fois venu du président Plessis, qui sera certainement un jour appelé par l’Equipe de Julien Courbet, étant donné le nombre d’arnaques qu’il a pu faire ces dernières années.

Souza : En dehors de ses qualités discutables, et de son utilisation étrange (un joueur aussi lent sur un côté ça s’était pas vu depuis très longtemps), c’est plus le stéréotype qui est sélectionné ici. Qu’on soit d’accord, je n’ai rien contre ce pauvre brésilien sorti de nul part, c’est juste marrant de voir que pour se renforcer, et après avoir annoncer des gros noms, Paris et son grand président Cayzac ne trouve que ce gars de 28ans qui n’a jamais joué en Europe et qui ne s’inscrit vraisemblablement pas dans le schéma tactique de Le Guen. Souza c’est donc tout ça, et ça risque d’être 6 petits mois et puis s’en va, non sans un contrat certainement surévalué, incompétence parisienne oblige.

Kluivert : Le cuisinier du club pourra certainement faire des heures supplémentaires, et ainsi travailler plus pour gagner plus (même un an après, ça me fait toujours marré que des gens aient pu croire en ça). Car oui, comme on dit, il est gras comme un goret le Patrick, techniquement il a quelques reste d’un joueur incroyable qu’il était il y a 8ans, je dirais d’ailleurs que son talent de l’époque n’a d’égal que sa graisse d’aujourd’hui. Il fut un pari pour le peu étonnant, surtout venant de Lille, un pari bien perdu, surtout quand on imagine le salaire agréable qu’il doit toucher…

Gignac : Oh que Claude Puel doit être content de s’être fait niqué sur ce coup. D’abord en partance pour Lille, André Pierre (quel nom harmonieux) a décidé tout d’un coup de rejoindre Toulouse, dans un mystère assez grand car des contrats semblaient déjà signés. Il devait être au côtés d’Elmander et soulager le bucheron suédois, résultat s’il a été a côté de lui ça devait être dans le vestiaire, car sur le terrain on a tout vu sauf le Gignac prometteur de Lorient. Une disgrâce qui s’expliquera malgré tout en partie par un positionnement sur le côté qui ne lui allait pas, mais alors pas du tout !

Entraineur : L'article a été long, très long, inutile d'expliquer donc pourquoi Le Guen entrainera cette équipe...

Petit bilan de cette équipe de folie, on remarque que la quasi totalité des joueurs, hormis le génial Landreau, sont arrivés dans leur club cette saison, une stat qui tend à démontrer qu’il faut souvent du temps pour s’adapter à un club (Cavenaghi en est l’exemple le plus flagrant), aux présidents de club de méditer cela et de faire les bons choix au mercato d’été…

Tfoot's Meilleure émission tv: 100% Foot

Par Tchooo & Felix :: 23/05/2008 à 10:29 :: Tfoots
Comme les années précédentes, l’équipe d’Estelle Denis a su tirer son épingle du jeu dans le nombre incalculables d’émissions consacrées à notre sport favoris, une hégémonie à la lyonnaise aurait on envie de dire, si bien que le championnat n’est que peu souvent relancé.

Pourtant, à l’instar de Lyon là encore, 100% foot aurait pu souffrir cette saison, l ‘émission ayant perdu la belle Estelle au mercato d’hiver, partie rejoindre les sirènes de 100% mag, un 100% qui semble être une constante du couple, son mari ayant tendance à se tromper à 100% de son côté…
L’arrivée de celui qui allait être rapidement surnommé Gargamelle (faut dire qu’il lui ressemble quand même beaucoup à sa décharge publique) en a effrayé alors plus d’un moi le premier, notamment lors des premières émissions où, peu aidé par ses acolytes il faut le dire, notre ami avait tendance à faire trainer les choses en longueur, faisant donc dévier les débats et trainant en longueur les insolites, la partie la moins intéressante de l’émission à coup sûr.

Mais comme l'OL, 100% foot a su se relever de ces absences, s’appuyant sur ses cadres que sont Ménès et Grimaud. Exaspérants parfois, les deux chroniqueurs restent dans l’univers du commentaire sportif les deux personnalités les plus posées, et donc les plus intéressantes, tout en gardant un ton décalé permettant de ne pas faire trop sentir la chaussette à l’émission, comme cela peut être le cas avec les spécialistes, où débats polémiques inintéressants s’accompagnent du nombre du contrôles du gauche de Baky Koné dans le second quart d’heure lorsqu’il pleut pendant des matchs décalés au samedi après midi lors des 5 dernières journées, qui a dit un peu trop pointu ?
Pour en revenir à M6 et Gargamelle, je l’ai trouvé de plus en plus à l’aise au fil des émission, participant même un peu au débat (même si ce n’est pas vraiment son rôle) et amenant des analyses pas inintéressantes, un bon point pour lui donc et pour l’émission, qui avec le retour de notre chère Estelle, sera certainement le rendez vous à ne pas manquer pendant l’euro, en direct, sur M6 (oui, ce blog est subventionné par M6).

On notera que dans cette compétition de la meilleur émission, j’ai trouvé la nouvelle formule de téléfoot bien plus intéressante, apportant des reportages plus pointus et fouillés, notamment sur le championnat anglais, ce qui n’était pas pour me déplaire. En dehors des sujets en eux même, c’est aussi l’habillage qui est a salué, tant au niveau du design que des musiques choisis dans les reportages, l’équipe des sports de TF1 a su montrer son savoir faire, tentant pour une fois de tirer les gens vers le haut, plutôt que de s’abaisser à leur niveau (qu’on se le dise, y a quand même une majorité de cons dans ce pays et sur terre). Et puis c’est une juste récompense pour le regretté Thierry Gilardi de voir son émission presque récompensé dans les Tfoot’s, Thierry, si tu nous lit de là ou t’es et j’en suis sûr, bravo, car sur ce coup ton émission devenait pas mal.

Equipe Type de L1 Tfoot 2007-2008

Par Tchooo & Felix :: 12/05/2008 à 02:47 :: Tfoots
Il y a voilà un mois, je me suis mis à rédiger les tfoot’s, sorte de récompenses de toute la planète football en France. A l’heure de composer mon équipe type de Ligue 1, j’étais quelque peu perplexe devant mon objectivité, en effet, à la vue de celle ci, beaucoup trop de marseillais étaient présents. Décidant d’attendre la fin du championnat avant de me faire une réelle idée, telle fut donc ma surprise ce soir en tombant sur l’équipe type de L1 choisie par les joueurs eux mêmes, puisqu’elle est quasi identique à la mienne, et comprend donc un large nombre de marseillais elle aussi.
Reconnaissance méritée ? Soutient médiatique important ? Tout le monde se fera sa propre idée, pour ma part j’estime que l’OM de cette saison, et surtout de Janvier à Avril, fut la plus belle équipe à voir jouer, et ce malgré des carences défensives importante (notamment dans l’axe de la défenses et l'équilibre général), quoi de plus normal donc de retrouver beaucoup de ses joueurs dans mon équipe type.

------------------Mandanda-------------------

Bonnart----Squillacci------Basa---------Taiwo

-----------Toulalan-------Cheyrou----------------

Valbuena-----------------------------------Wendel

-----------------Niang------Benzema---------------

Mandanda : Injouable tout au long de la saison, quasiment aucune erreur alors qu’il y avait de la matière au vu du nombre d’occasions concédées par l’OM. Epoustouflant sur sa ligne, impeccable dans les airs, bon à la relance, Mandanda ce n’est pas l’avenir, mais bel et bien le présent.

Bonnart : Il est passé assez inaperçu tout au long de la saison. Il est vrai que Lolo Bonnart n’est pas homme à se faire remarquer plus que cela (un plus pour un défenseur me direz vous). Arrivé sur la pointe des pieds à Marseille (moi même je pensais bêtement qu’il allait banquer toute l’année), Bonnart s’est imposé comme l’un des pilliers de l’OM 2007-2008, à l’aise tant offensivement que défensivement, l’ancien capitaine manceau est clairement postulant aux 23 pour l’euro.

Taiwo : La grande victoire d’un des grands mal aimés du championnat. Raillé par une grande partie des journalistes dits spécialisés et autre consultants, Taye a pu faire taire les critique grâce notamment à une seconde partie de championnat de très haut niveau. Monstrueux physiquement (« c’est une bête, il fait peur » dixit Eric Gerets ), précieux à la relance et chose nouvelle ultra décisif sur coup de pied arrêtés, Taiwo est devenu logiquement le meilleur latéral gauche de notre championnat, et ce sans avoir eu de réelle formation, chapeau monsieur Taiwo.
Basa : Un vrai roc ! Dommage que Le Mans soit si peu diffusé car cette petite équipe possède de nombreux joueurs de talents, dont Marko fait partie. Je ne peux donc pas me lancer dans une grande éloge du joueur, je ne me base que sur quelques résumés et recommandations (pas très pro tout ça je sais). On risque d’en entendre parler au mercato si vous en voulez mon avis.

Squillacci : On pourrait me reprocher l’absence de Puygrenier à sa place, chose que l’on peut comprendre lorsque l’on voit les performances de Nancy. Mais voilà, ma subjectivité aidant, je n’ai pu mettre l’ami Puygrenier dans mon équipe type, pourquoi ? Je n’ai rien contre lui à vrai dire, il fait une grosse saison avec Nancy, et se montre décisif assez souvent, mais bon, les défenseurs de son profil n’ont leur place que dans des équipes ultra regroupées, jouant à fond le contre. En dehors de ça, Seb’ n’est pas vraiment fiable je trouve, tant dans la relance (qualité technique étrange) que dans la vitesse où on l’a vu bien souvent se faire prendre de vitesse, rédhibitoire dans une équipe de haut niveau qui elle joue le jeu. Pour en revenir à Toto Skillacci, il a eu le mérite de passer une bonne partie de la saison avec des joueur soit calamiteux (Klébar Anderson) soit non spécialistes du poste comme Mathieu Bodmer. Un handicap donc, qui ne ternit pas la saison d’un joueur qui me plait beaucoup, notamment par son envie claire de gagner, de ne jamais rien lâcher. Toto est donc bien loin d’être une blague (lui).

Toulalan : Ouh qu’il est fort celui là ! Arrivé sur la pointe des pieds à Lyon (pour suppléer le départ inéluctable de Diarra), la Toule est l’une des grandes satisfactions lyonnaises et même françaises de la saison. Un physique de bon père de famille breton de la quarantaine, une kinésique faisant souvent croire qu’il est cramé au bout de 5minutes, Jéremy Toulalan impressionne par sa capacité à récupérer le ballon (remarque c’est son poste), associé à une relance impeccable. Jamais fatigué (ou presque), l’ancien nantais n’abdique jamais et a bien souvent tenu le milieu de terrain lyonnais à lui tout seul cette saison, ce qui s’est vu lors de sa récente blessure. L’homme au 14 poumons est donc l’un des gros gros joueurs de cette saison, qui j’espère va prendre encore plus confiance dans les années à venir, il sera en tout cas à n’en pas douter dans les 23 de Raymond Domenech.

Cheyrou : Calamiteux lors de ces premiers mois, Benoit Cheyrou a au début fait penser plus à une trajectoire digne de son frère qu’à autre chose. Peu en confiance, absent à la récupération, perdant trop de ballon, Cheyrou fut d’abord une vraie déception. Mais alors depuis Décembre, quel régal ! Longtemps l’un des très bons joueurs du championnat, beaucoup se doutaient qu’il ne manquait à Cheyrou que la médiatisation d’un grand club pour véritablement exploser, c’est chose faite. Précieux à la récupération, exceptionnel à la relance, pied droit pied gauche of course, transversales, dribbles, coup de pieds arrêtés, il ne manque qu’à Cheyrou un peu de réussite pour s’imposer comme (toute proportion gardée) le Steven Gerrard de la Ligue 1. Un talent qui semble-t-il fait des envieux, puisque la Roma (équipe appréciant légèrement les joueurs élégants) semble très intéressée.

Wendel : A son arrivée en France l’année dernière, j’ai d’abord pensé à une arnaque classique brésilienne, comme l’ont été Souza et Everton cette saison. Que Nenni ! Wendel, c’est de la dynamite ! Sa patte gauche exceptionnelle qui a fait du mal à plus d’un, Coupet, Mandanda, et même Landreau (…) n’ont rien pu faire face à  sa frappe de mule, digne de ses plus grands ainés. Wendel fut donc l’un des hommes de base de ce bordeaux qui a avancé masqué presque toute la saison, et dont les grandes individualités ne sont pas très nombreuse, qu’à cela ne tienne, Wendel mérite bien sa place dans cette équipe.

Valbuena : Début de saison dernière, l’OM joue son premier match de la saison sur un champ de patates (à Istres je crois) en match aller de la coupe à toto contre Dniepropetrovsk. Une vraie purge, un bon 0-0 des familles de début de saison, pas grand chose à dire donc. Néanmoins, dans les 20 dernières minutes, un petit nabot fait son entée, un lutin annoncé depuis quelques semaines comme « un futur crack » selon certain ou « un recrutement étrange » selon d’autres dont nous tairons le nom (indice : quotidien sportif numéro 1 en France). A la suite du match je me souviens d’une discution avec l’ami Tony (le mec qui a fait 2posts y a 1an), « il a raté tout ce qu’il a entrepris, mais ça s’est pas joué à grand chose » que je disais à notre homonyme du tigre Frosties. Longtemps blessés l’an passé suite à un contact à l’entrainement, Valbuena s’est d’abord distingué en qualifiant l’OM en ligue des champions face à St Etienne, et évidemment sur son but et match merveilleux contre Liverpool à Anfield. Mais Mathieu n’est pas qu’un joueur de coups (qui a dit Feindouno ?), son poid dans la réussite de l’OM version Gerets fut plus qu’important. Contrôle orienté qui fait mal, crochets casseurs de reins, frappe de Mamouth, vitesse, opportunisme, qualité de passe, le petit Valbuena aura tout fait aux défenses de Ligue 1 voire d’Europe. Un talent qui a quelque peu éclipsé un Nasri moins à son aise cette saison, laissant souvent le contrôle jeu au lutin pour se concentrer sur ses stats. Une saison époustouflante pour une nouvelle révélation d’un joueurs non signé après formation, un superbe coup senti par José Anigo (qui n’est pas si nul pour le recrutement au final nan ?), pour un joueur qui mérite de disputer l’Euro, en tout cas plus que certains.

Niang : En voilà un autre joueur longtemps décrié, sous coté, et sujet aux moqueries les moins constructives. En effet, pendant trop longtemps Niang a été associé à Bakayoko, autre illustre attaquant marseillais qui au passage, malgré ses défauts évidents a sauvé l’OM de la descente, ce qui est déjà ça. Mamadou a lui eu la chance d’évoluer dans une équipe de meilleur niveau, laissant exprimer pleinement son potentiel énorme. Coéquipier modèle lors de ses deux premières saisons, avec assez de buts et passes décisives pour être jugé comme bon à l’intérieur du club, Niang a pris une autre dimension cette saison. Plus réaliste, plus présent lors des grands rendez vous, plus tueur, Mamadou a été plus dans presque tous les domaines du jeu, portant à lui tout seul un OM en reconstruction sur la première partie de saison. Pied droit, pied gauche (moins souvent il est vrai) tête, Mamadou marque de toutes les façons dans toutes les position, une capacité à créer le danger exceptionnelle qui fait de Mamadou l’un des meilleurs buteurs de ligue 1, pour un joueur qui a souvent joué sur la gauche, pas mal. Petite pique néanmoins, le Niang post Coupe d’Afrique des Nations me déçoit un peu, s’il marque toujours autant, il a d’abord eu beaucoup de mal a retrouvé ses qualités physiques hors normes (peu de joueurs allient vitesse, puissance et technique) mais surtout s’est habitué à jouer un peu trop pour lui. C’est pourquoi j’espère voir l’année prochaine un Mamadou plus préoccupé par le collectif que par son nombre de but marqué, notamment lorsque cissé est à côté de lui et ne demande qu’à pousser le ballon au fond.

Benzema : Il est indéniablement LE joueur français qui a explosé cette année. Lancé petit à petit par Le Guen puis Houiller, « Kahim » comme l’appelle son illustre prédécesseur dans les charts des buteur sonnygoal Anderson, a bénéficier de la totale confiance de coach PPH (ou plutôt PPE), Alain Perrin, malgré quelques déportations sur le côté gauche. Difficile de rapperler toutes les qualités de Benzema sans en oublier, ce joueur semble tout avoir pour lui, même son jeu de tête, si souvent faible chez les nouvelles générations, est plutôt bon. Inutile donc d’énumérer ses qualités, inutile de parler de ses contrôles uhu Stic pied droit pied gauche au choix, ni de ses arabesques dans des espaces les plus restreints face à des adversaires toujours prêts à sanctionner le moindre crochet, quel serait l’intérêt de parler de son instinct du buteur trezeguesque ou de ses caviars russes à la Zizou. Non, cela serait vraiment rébarbatif de s’attarder sur ses chevauchées qui font trembler supporters et défenseurs adverses, et le fait qu’il a comme tous les grands de faire sentir qu’il va se passer quelque chose à chaque fois que le ballon s’approche de lui, non ce joueur là, qui rappelle tant un Ronaldo dont la jeunesse semble si lointaine (au passage, se taper une pute à la rigueur,  ne pas se rendre que c’est un trav’ bon ok admettons, mais bon, avec le fric qu’il a se taper une péripatéticienne, c’est pour le coup assez pathétique), mérite vraiment qu’on se taise un instant, pour admirer toute la classe d'un attaquant de si grand talent.

Tfoot du Pire Commentateur - Consultant : Josse-Gravelaine

Par Tchooo & Felix :: 08/05/2008 à 09:31 :: Tfoots

Endeuillé de son archi favori Thierry Gilardi, le trophée du pire commentateur de la saison aurait pu être bien fade cette année, et rester glauque, sans un éclair de génie de Canal Plus. La fusion Tps-Canal Sat, si elle a permis un peu plus de clarté dans la diffusion des matchs, et donc un peu de calme dans ce grand foutoir qu’était l’abonnement au cable ou au satellite, a en revanche accouché du retour au source d’un des plus mauvais commentateur de ces dernières années, Christophe Josse.

Christophe Josse, le commentateur qui bandait mou

Si on détestait Thierry Gilardi, tout en l’aimant bien au fond (qui aime bien châtie bien non ?) on ne peut que se crisper à l’écoute d’une partie commentée par l’ancien acolyte de Charles Bietri sur France Télévision, l’occasion de faire un historique de sa carrière (j’ai honte de connaître ça).
Commentateur sur Canal, Christophe Josse s’exile par la suite sur France Télévision, pour former avec le patron des sports Bietri, ce qui reste à ce jour sans aucun doute la pire doublette de l’histoire du commentaire sportif. Une période difficile, dans laquelle il dû supporter l’arrogance d’un homme à la légitimité douteuse, ce qui était d’autant plus fascinant.
Endurci par ce passage à antenne 2 (la vieille école, que voulez vous), Chris’ s’en est ensuite allé sur TPS. Ambitieux, l’autre télévision par satellite se voulait (ou s’espérait) Canal + Killer, et avait donc débauché un certain nombre de commentateurs et consultants de la chaine cryptée, en vain. Car malgré ses « exclu », tps et son canal du pauvre TPS Star n’aura jamais déchainé les passions, et dû s’incliner face au monopole qu’obtenait canal il y a quelques années, débouchant à une fusion des 2 groupes.
Une fusion qui nous permet aujourd’hui de profiter des commentaires affligeant de Christophe Josse, tellement affligeant que je ne sais pas par quoi commencer.
Le plus symptomatique reste sa façon de commenter les buts, soucieux de se différencier de ses confrère, Josse possède son style, original certes, mais qui pu le faux à plein nez, un exemple mimé :  « Ballon vers govou, s’appuie avec Juninho qui la lui remet dans la course, Sydney govou qui prend le dessus sur Jurietti le ceeeeeeeeeeentre (à noter la tendance à gueulé un peu sur la dernière intonation) ! , oh ça fait but, but pour l’olympique lyonnais, superbe action de govou qui sert Benzema pour l’ouverture du score, Lyon qui entame parfaitement la rencontre face à des bordelais à la peine. »
Alors comme ça on dirait pas, mais il commente les buts presque comme s’il me demandait le sel ! Je veux bien qu’on propose un ton un peu différent,  d’ailleurs se la jouer calme se fait assez souvent en Angleterre, avec beaucoup plus de réussite. La démarche est donc pas mal, mais là c’est vraiment d’un ridicule, oh mon gars ! On a suffisamment peu de buts en ligue 1, essaye de t’enthousiasmer un peu quand on en a un !
Si on ajoute à cela un humour en dessous de la moyenne des commentateurs sportifs (c’est à dire très bas), un lyonisme assumé, et des remarques étonnantes types « ah mais là même si c’est dernier défenseur il peu pas expulser govou, pas lui, pas sur ce match » (au delà de l’imbécillité de la remarque, Govou était totalement nul pendant le match, m’enfin bon…).

Xavier Gravelaine, le Con Sultan

Oublions la carrière d’un joueur qui a joué dans quasiment tous les clubs de la planètes, une tendance à changer de bord très rapidement qui a surement terni la carrière d’un joueur de talent (syndrome Eric Besson avec le talent en plus).
Mais en consultant, il est comment le Xavier ? Et bah il est mauvais ! Rarement, voire même jamais je n’ai vu autant de défauts chez un consultant. C’est simple, Gravelaine réussi le tour de force d’accumuler tous les tics insupportables et fautes de goût infectes.
Il est une sorte de Caméléon, ou un élément supérieur (inférieur dans le cas présent), un être modifié génétiquement, à qui tous les défauts du PAF ont été inscrit dans les gènes (notions de SVT insoupçonnées, je sais).
Ses défauts, que sont ils ? Disons que comme beaucoup de consultants, Xav’ a tendance à se laisser aller dans la beauferie. Moi je veux pas faire mon snob, et à la limite le côté un peu beauf j’en ai rien à foutre, Paga c’est pas la finesse incarnée mais il est au top. Malheureusement Gravelaine et son humour de vestiaire se positionne en Phillipe Candeloro (fascinant de mauvais goût cet homme) du foot.
Un constat qui se confirme dans la diction de l’homme. Je ne suis pas là pour dire que les footeux sont des cons, les mecs font leur métier très bien, taper dans un ballon,  leur intelligence on s’en bat les bollocks. En revanche, quand on prétend à un poste de consultant et donc que l’on cherche à expliquer ce sport, là je suis un peu plus sévère. Ne pas avoir le mot juste au bon moment, ça arrive, tout le monde ne l’a pas, c’est un métier c’est vrai. En revanche ne jamais l’avoir, et chercher systématiquement ses mots, s’arrêter en milieu de phrase (syndrome Luis Fernandez) pour la reformuler car on s’est lancé dans une structure qu’on ne maitrise pas (« le fait d’avoir concédé l’ouverture du score, c’est euh,  c’est jamais bon de prendre un but en début de match et euh, c’est pas bien), se tromper dans les expressions (syndrome Manu Petit) c’est beaucoup plus problématique, et ça doit pas passer à l’antenne.
Enfin, problème récurant (les toilettes), son syndrome Charles Bietri, à vouloir systématiquement dans le match pronostiquer et annoncer ce qui va se passer « ce soir, on va voir des buts ! » « Vous allez voir qu’il va faire beaucoup de mal ce joueur » « comme je l’avais dit tout à l’heure, les lensois étaient en grande difficulté et c’est en toute logique que Le Mans égalise »…

L’occasion de demander à France 2, de former la doublette Josse – Gravelaine, le tout dans un match réalisé par Fred Godard, histoire d’avoir encore moins envie de regarder le foot sur le service publique.

Copyright © Tfoot - Blog créé avec ZeBlog